« Une majorité de matériaux est éligible à une seconde vie »




Donner une seconde vie aux matériaux et produits de construction est un enjeu crucial pour le secteur du bâtiment. L’architecte Julien Choppin (du collectif Encore Heureux) démontre les possibilités du réemploi dans le n°359 des Cahiers techniques du bâtiment.

CTB : Tout peut-il être réutilisé dans un bâtiment existant ?

Julien Choppin : Hormis les matériaux dangereux, qui nécessitent des traitements spécifiques, une majorité est éligible à une seconde vie. Parfois, le recyclage est plus approprié, dans le cas du métal par exemple, dans un but d’optimisation de la matière. Mais autant cette filière est déjà structurée, autant le réemploi en est encore à ses balbutiements. Bien qu’il y ait plus d’exemples construits avec des matériaux issus du second œuvre, les lots de structure peuvent être concernés, notamment à partir de la filière sèche. Mais concrètement, les lots d’étanchéité par exemple peuvent difficilement profiter des opportunités du réemploi. Autre point à souligner : il est plus aisé de réutiliser des matériaux bruts que des isolants constitués d’un « sandwich » de polystyrène et plâtre…. Je citerais à ce propos l’exemple de l’architecte Gilles Perraudin, chantre de la pierre, qui revendique de «  construire les carrières de demain  ».

Lire la suite sur le Moniteur.fr

© Encore Heureux – Julien Choppin, architecte, fondateur de l’agence Encore Heureux

Article publié sur Le Moniteur
Consulter la source




Leave a Reply