Montréal plante des arbres pour mieux gérer ses eaux de ruissellement




Dans le contexte de l’accélération des investissements et des projets d’infrastructures, des milliers d’arbres sont plantés annuellement à Montréal. Afin de garantir la pérennité de ces arbres et d’améliorer la gestion des eaux de ruissellement, le maire de la Ville de Montréal, Denis Coderre, annonce la signature d’une convention de services professionnels avec l’Institution Royale pour l’avancement des sciences de l’Université McGill.

Cet investissement de 250 000$ permettra d’obtenir une analyse et des recommandations sur les mouvements d’eau et les propriétés du sol dans les fosses de plantation d’arbres d’ici le printemps 2018.

« C’est avec enthousiasme que nous confions le mandat à l’Université McGill d’identifier les meilleures pratiques en matière de plantation d’arbres en milieu urbain. En finalité, des méthodes innovantes seront identifiées pour permettre à nos projets de réaménagement d’avoir un impact majeur sur la qualité de vie des Montréalais et Montréalaises. Ce partenariat de recherche-action offrira des solutions concrètes pour réduire les îlots de chaleur en ville », a déclaré le maire de Montréal.

Impact sur la gestion des eaux de ruissellement

Les fosses d’arbre ont un impact positif sur la gestion des eaux de ruissellement, notamment en diminuant le débit de pointe. De ce fait, la fosse d’arbre est considérée comme une pratique de développement qui contribue à atténuer les conséquences négatives des changements sur le domaine public.

Le mandat de recherche vise donc l’acquisition de nouvelles connaissances scientifiques permettant de développer de nouvelles normes à intégrer aux devis techniques de la Ville. Les techniques novatrices recherchées favoriseront la croissance racinaire des arbres, augmenteront sensiblement la survie des arbres et amélioreront la captation des eaux de surface en assurant une irrigation naturelle et en agissant comme bassin de rétention.

Les principaux objectifs de recherche sont les suivants:

  • développer un mélange de sol optimal pour les fosses de plantation montréalaise pour capter et retenir les contaminants provenant des eaux de surface;
  • étudier les effets de la dynamique d’infiltration de l’eau dans les fosses d’arbres nouvellement conçues et sous le trottoir perméable;
  • diriger l’eau de surface des trottoirs dans les fosses d’arbres pour améliorer la gestion des eaux pluviales et l’irrigation des arbres publics.

Les résultats attendus de cette étude seront un atout pour la Ville car ils permettront la conception et la gestion efficace des infrastructures vertes pouvant réduire les coûts liés à l’entretien des forêts urbaines et à la gestion de l’eau de pluie. Ce mandat de recherche et développement permettra également d’acquérir de précieuses informations sur la qualité et la quantité des eaux de ruissellement, ce qui n’existe pas jusqu’à maintenant dans la littérature scientifique.

Rappelons qu’une première phase de recherche entre la Ville de Montréal et l’Université McGill s’est échelonnée de 2012 à 2015. À terme, cette recherche-action a permis de créer un nouveau terreau de plantation adapté pour les arbres en milieu urbain qui stabilise plus efficacement les contaminants et améliore la qualité des eaux de ruissellement.

Source : Ville de Montréal – Cabinet du maire et du comité exécutif 

Article publié sur Médiaterre Villes Durables
Consulter la source




Leave a Reply