Les matériaux bio-sourcés favorisent-ils la construction antisismique?




L’Italie est habituée aux tremblements de terre, comme en témoignent les séismes récents qui ont tragiquement frappé sa population. 60% des bâtiments du pays ont été construits avant la loi de 1974 introduisant la réglementation de s bâtiments en zone à risque. Désormais, la pression s’exerce sur des bâtiments évolutifs et les biosourcés pourraient avoir un grand rôle à jouer.

En avril 2009, un séisme dévastateur détruisait l’une des plus belles villes antiques d’Italie: L’Aquila, dont le bilan s’élevait à 300 morts et 1600 blessés. Huit ans plus tard, le centre de l’Italie était frappé à nouveau par de violents séismes affectant des centaines de personnes et détruisant un patrimoine culturel inestimable.

Selon un rapport du Conseil National des Géologues, près d’un tiers de la population italienne, 22 millions de personnes, vivent dans des zones à haut risque sismique.

Alors que le pays cherche à protéger les bâtiments contre de futurs désastres et à long terme à donner l’exemple aux autres pays européens avec un risque sismique, un rapport publié par l’organisation environnementale italienne Legambiente met en avant 100 matériaux innovants et biosourcés. Ils peuvent être utilisés pour bâtir des logements durables et sûr, soulignant notamment le grand potentiel du bois.

Maria Assunta Vitelli, du bureau Energie et Climat de Legambiente, nous parle des avantages du bois et au-delà des bénéfices du bâtiment biosourcé.

Dans votre rapport, vous mentionnez le bois massif (issu du coeur plus dense des arbres), en particulier pour ses propriétés antisismiques. Quelles sont ses caractéristiques?

Le bois est préféré dans les zones sismiques pour sa ductilité, sa légèreté et pour sa résistance mécanique en comparaison des autres matériaux traditionnels. le mélèze et le pin s’adaptent parfaitement au système de construction lammellé-collé, qui se comportent bien mieux que d’autres lors d’un séisme grâce à sa résistance et sa rigidité.

Cette technique se répand rapidement pour remplacer le système ossature bois pour ses autres avantages: résistance aux incendies, isolation thermique et acoustique et un temps de construction plus court allant de paire avec un coût réduit.

Pouvez-vous nous donner des exemples de cas exemplaires de construction bois?

Il y a plusieurs exemples. Le bois stratifié – fabriqué à base de couches de bois issues du coeur de l’arbre et collées ensemble – a été utilisé pour tous les bâtiments antisismique du quartier “Le Albere”, conçu par le célèbre architecte Renzo Piano à Trente, dans le Nord-Est de l’Italie.

L’école maternelle de San Bonifacio près de Vérone, est principalement construite en bois avec une série technologies antisismiques et de stockage d’énergie. L’école, reconstruite en 2009, remplace un bâtiment antérieur démoli à cause de ses caractéristiques architecturales obsolètes et sa vulnérabilité aux tremblements de terre.

Bien que plusieurs matériaux biosourcés et écoresponsables n’ont pas de propriété antisismique intrinsèques, ils puevent être utilisés pour restructurer les bâtiments. Qu’en est-il de la salle de concert temporaire de L’Aquila, bâtie après le séisme de 2009 avec des panneaux de carton pré-contraints, de l’argile et du sable?

Le préprojet de la salle de concert temporaire de L’Aquila était bien plus ambitieux que le résultat obtenu, surtout au regard de l’utilisation de carton pré-contraint en tant que matériau structurel et antisismique. La technique de construction consiste à utiliser des tubes d’aluminium comme piliers, enrobés de papier recyclé grâce à une colle naturelle. Ils sont ensuite traités avec de la cire et étanchéifiés.

Cependant, pour des raisons réglementaires, certains des tubes d’aluminium ont été remplacés par de l’acier. L’architecte, Shigeru Ban, a utilisé ce concept dans d’autres contextes, même au Japon, l’un des pays les plus menacés par les séismes. Nous sommes encore très loin d’une architecture qui va au-delà de l’approche traditionnelle.

L’Italie se dirige-t-elle vers une une utilisation plus large des biosourcés dans la construction?

Bien que l’Italie reste à la traîne d’autres pays européens, elle s’intéresse de près à ces questions. Dans ce contete, la loi budgétaire 2017 envisage des crédits d’impôt (Sismabonus et Ecobonus) pour les travaux de rénovation de logement qui améliorent la résistance antisismique et l’efficacité énergétique.

Que fait le reste de l’Europe sur ce sujet? Quelles politiques et réglementations ont été adoptées par les autres pays?

C’est justement l’Union Européenne qui a tracé le chemin vers l’innovation dans la construction. Par exemple, la Directive 31/2010 a clairement mis l’accent sur l’utilisation des éco-matériaux dans la conception des bâtiments.

Mais les biosurcés sont-ils toujours une niche? Certains projets européens comme le portail AllThings.Bio  tentent de faire connaître leurs avantages

Je ne dirais pas que c’est un secteur de niche, je pense que les biosourcés font complètement partie du secteur de la construction. Nous sommes dans un moment d’expérimentation et d’innovation, grâce auquel nous pouvons réduire l’impact sur l’environnement, encourager l’économie circulaire et créer de nouveaux emplois.

Par Elena Veronelli

Traduit de l’anglais (consulter la source)




Leave a Reply