La qualité de l’air dans les bâtiments, source d’innovation




Créer une “bulle d’air pur” au chevet d’un enfant et dépolluer une pièce contaminée par la fumée de cigarette et les particules fines, grâce à des meubles filtrants et écologiques: une start-up entend prouver qu’innovation et santé peuvent aller de pair.

Conçus par un collectif réunissant architectes, designers, chercheurs et ingénieurs rassemblés par la société L’Atelier climatique, les meubles dépolluants en matériaux recyclés “Ardediar” sont encore à l’état de prototype.
Mais ils suscitent déjà l’intérêt: ils recevront un “coup de coeur” aux trophées “Santé bâtiment durable”, le 15 juin à la Cité des Sciences. Découpés au laser et assemblés sans colle, un siège, une table de chevet et un élément décoratif qui promettent une “épuration de l’air efficace et silencieuse” ont été imaginés par un ingénieur, Arnaud Billard, désireux de soulager son bébé en détresse respiratoire. “Avant d’avoir un an, il avait déjà fait trois séjours en soins intensifs, et les médecins nous disaient: il faut vivre dans un endroit le moins pollué possible”, relate-t-il à l’AFP. “Nous habitions à Stuttgart à l’époque, dans une cuvette à l’air assez sale. Nous avons emménagé en lisière de la forêt, tout nettoyé au vinaigre blanc et donné le chat…

Mais je me suis demandé: Tu fais quoi en tant que papa et ingénieur ?”, poursuit-il.

Lire la suite de l’article sur BusinessImmo.fr

 

Consulter la source




Leave a Reply