La première maison passive: Entretien avec Dr. Wolfgang Feist (2/2)




Cela fait 25 ans que le Dr Wolfgang Feist a construit le premier bâtiment de la maison passive à Darmstadt, en Allemagne. Katrin Krämer, attaché de presse pour l’ Institut de la maison passive, s’est assis avec lui pour découvrir comment tout a commencé.

Vous ouvrez souvent votre complexe de logements au public et même aujourd’hui, il fait encore l’objet de nombreuses enquêtes techniques. Qu’est-ce que de vivre dans une telle «exposition» et «objet de test»?
 
Au début, nous avons apprécié – dans les deux premières années, nous avons eu environ 5000 visiteurs dans nos maisons. Finalement, ma femme et moi avons senti que tout le rangement et le nettoyage menait à beaucoup de stress, donc nous avons décidé de le limiter.
 
Nous avons veillé à ce que les visiteurs ne remarquent pas les capteurs de mesures. Nous nous sommes également assurés que les données étaient anonymes pour respecter la vie privée des résidents.
 
Y avait-il un archétype? En Scandinavie, les maisons à faible consommation d’énergie étaient relativement fréquentes à l’époque…
 
La maison passive se situe dans une tradition qui évolue depuis des siècles. Par exemple, quand on regarde les valeurs spécifiques pour la perte de chaleur des composants extérieurs du bâtiment, ceux-ci ont progressivement diminué depuis plus de cent ans. Ils ont commencé à environ 1,5 et ont maintenant atteint environ 0,15 (watts par mètre carré kelvin) avec la maison passive, c’est un dixième de celui. Nous avions suivi avec grand intérêt les développements en Scandinavie et en Amérique du Nord. En effet, en 1980, la Suède disposait déjà d’un code de construction correspondant à l’ENEV allemand (l’équivalent du label BBC français) d’aujourd’hui, que beaucoup considèrent comme particulièrement «efficace» (7 litres de mazout par mètre carré par an). Nous avons eu des contacts étroits avec les scientifiques en Suède et aux Etats-Unis. Bo Adamson, mon collègue en Suède, a travaillé sur le projet avec moi.
 
Pourquoi la première maison passive a-t-elle été construite à Darmstadt?
 
Cela a été dû à un certain nombre de coïncidences, mais aussi à la demande de Günther Metzger, le maire de la ville à cette époque. La ville possédait déjà un terrain réservé à la «construction de logements expérimentaux», dont la plupart avait déjà été développée. Un institut de recherche de l’État de Hesse et l’Institut de logement et d’environnement de la ville de Darmstadt étaient responsables d’un terrain utilisé pour l’innovation. C’est là que nous travaillions, et à cause de cela nous avons eu des contacts au niveau international où nous avons discuté de ces idées. La maison passive est un développement ultérieur de la maison à basse énergie. Nous avons réduit les pertes de chaleur inutiles à travers les murs, les toits et les fenêtres dans la mesure où un système de chauffage est devenu complètement inutile. Un bâtiment de maison passive nécessite l’équivalent de seulement 1,5 litres de mazout par mètre carré par an, pour son chauffage.
 
Comment vos collègues experts et autres physiciens du bâtiment ont-ils réagi à vos plans concernant la Maison passive?
 
Entièrement différent – Mon directeur de thèse avait ses réserves mais avait une attitude positive et a suivi de près les développements. D’autres – dont je ne parlerai pas ici – ont publié des articles théoriques expliquant qu’un tel concept ne fonctionnerait jamais.
 
Combien de temps avez-vous pris pour planifier le concept de maison passive dans votre esprit et jusqu’à la décision finale d’aller de l’avant avec le projet?
 
L’idée de base est née d’une conversation avec Bo Adamson qui a eu lieu quelque part vers 1987 à Lund, en Suède. Il venait juste de rentrer d’un voyage de recherche au sud de la Chine où il avait été impliqué dans l’amélioration du confort des maisons non chauffées. Il a qualifié ces maisons de «maisons passives». Ce terme est utilisé parce que ces bâtiments fonctionnent comme un système passif en termes thermiques – et tout devient beaucoup plus simple, y compris l’analyse scientifique. Nous avons décidé de nous efforcer pour un projet de recherche afin de savoir si cela pourrait également fonctionner en Europe avec ses hivers beaucoup plus froids.
 
Nous avons pu mettre en place un «projet de recherche pré-construction pour les maisons passives». L’équipe a examiné toutes les variantes concevables – et en théorie, il semble effectivement fonctionner. Nous avons réalisé qu’une procédure fiable pour décrire le comportement thermique des bâtiments était d’une importance décisive.
 

 

Combien de temps la planification architecturale et technique a-t-elle duré jusqu’à ce que “la première pierre soit posée” ?
 
La planification architecturale a durée un peu moins d’un an – ce qui était habituel pour cette période – avec des travaux commençant en octobre 1990. Nous savions qu’un concept généralement prometteur ne pouvait pas trop s’éloigner des méthodes de construction normales; Les concepts «exotiques» ont été une phase passagère dans le secteur du bâtiment principalement occupé par les moyennes à petites entreprises. Nous avons donc essayé de simplifier les choses plutôt que de les compliquer. Et autant que possible, nous avons recouru à des composants existants, tels que les murs en pierre de calcaire, le toit de chevrons (à ossature bois), les fenêtres en bois…
 
Les composants qui caractérisent une maison passive, par exemple les fenêtres à triple vitrage, n’étaient pas encore disponibles sur le marché. Comment avez-vous réussi?
 
Si l’on regarde l’exemple du triple vitrage à faible émissivité : oui, ce n’était pas commercialement disponible. Je me souviens encore de la conversation que j’ai eue en 1989 avec le Dr Ortmanns, qui était à la tête de la recherche à la grande entreprise de verrerie Vegla (Saint Gobain aujourd’hui). “OK – trois panneaux avec un traitement faible émissivité sur les faces 3 et 5 – OK, nous allons les fournir pour ce projet”.
 
Ceci n’a pas toujours été aussi facile et fructueux. Par exemple, nous ne pouvions pas facilement obtenir des espaceurs thermiquement efficaces si facilement. Il y a des années que l’industrie reconnaissait des possibilités dans ce domaine. D’autres fois, nous devions fabriquer nous-mêmes les composants nécessaires – en laboratoire. C’est le cas de la modification des quatre centrales de ventilation équipés de ventilateurs à courant continu spécialement développés et d’une unité de contrôle de la qualité de l’air.
 
Comment le menuisier a-t-il réagi quand vous lui avez demandé de créer des fenêtres à triple vitrage? Était-il coopératif?
 
Eh bien, il a refusé d’accepter la responsabilité – c’était comme ça aujourd’hui avec les innovations. L’idée que la plupart des artisans impliqués ne sont pas d’accord avec les innovations est simplement une idée stéréotypée (un cliché). Pendant le processus de construction, j’ai personnellement expérimenté comment mettre en œuvre un système étanche à l’air en conformité avec les principes de la maison passive. Nous appliquions soigneusement le pare vapeur (ou frein vapeur) partout sans aucun plis. Le commerce de l’artisanat a une longue tradition en Allemagne et c’est un énorme avantage pour ce pays d’avoir tant de petites et moyennes entreprises hautement compétentes sur le marché. Les experts charpentiers ont notamment répondu très rapidement aux nouveaux développements et élargi leur expertise et ont mis à disposition des solutions sensiblement optimisées.
 
Que feriez-vous différemment aujourd’hui, en ce qui concerne la construction de votre maison passive?
 
Aujourd’hui, j’aurais orienté légèrement vers le sud le toit incliné, pour utiliser la technologie photovoltaïque plus avancée. Et j’utiliserais évidemment les composants certifiés Passive House qui sont disponibles aujourd’hui. Ces composants sont presque 50% plus performant que les solutions que nous avons utilisés, en particulier sur les fenêtres. Je simplifierais le système de ventilation et j’utiliserais des pompes à chaleur pour le chauffage. Mais ce serait certainement une maison passive à nouveau. Cela a mis en évidence les avantages : l’air frais constant, un climat intérieur confortable permanent, et des coûts de chauffage négligeables.
 
Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent construire une maison passive?
 
Ce qui compte, c’est la planification! Vous devez effectuer un calcul PHPP complet (Passive House Planning Package) et certifier la planification. Il n’en coûtera pas beaucoup plus cher, mais il faut veiller à ce que tout fonctionne comme il le devrait.
 
Ne vous laissez pas avoir par des technologies hightech très chères. Tous les composants de la maison passive sont disponibles à des prix abordables aujourd’hui. Investir dans une maison passive bien planifiée n’est pas beaucoup plus cher que d’investir dans une maison ordinaire.
 
Assurez-vous que le système de ventilation soit simple et que vous utilisez une ventilation certifiée. Pour le bien de votre santé, privilégier des filtres de haute qualité.
 
Faites attention au calcul du confort d’été dans le PHPP. Les étés seront plus chauds à l’avenir; Une maison passive peut être planifiée de sorte qu’elle reste à une température confortable.
 
Vous étiez un pionnier de la Maison Passive, mais aujourd’hui, vous enseignez la construction de bâtiments éco-énergétiques efficients à l’Université d’Innsbruck. Beaucoup de choses se sont passées depuis !
 
Mon travail d’enseignement intègre un cours de base en physique entre autres choses – après tout, je suis un physicien! C’est très amusant avec les étudiants. Aujourd’hui, la science est la base de notre civilisation, qui repose largement sur la technologie; Mais la science a aussi un devoir culturel: comprendre où est notre place, en tant qu’humains, dans notre environnement.
 
Où est la place de l’humanité dans l’univers ?
 
Comme le disait autrefois l’astrophysicien Carl Sagan : “We are a way for the Cosmos to know itself” (nous sommes un moyen pour le Cosmos de se connaître). Nous avons la responsabilité de ce grand développement. Il est de notre devoir de traiter la planète et nos semblables avec respect.
 
Vous voyagez dans le monde entier pour la cause de la maison passive et vous êtes constamment en déplacement. Prévoyez-vous une petite maison passive au bord d’un beau lac pour vous installer un jour ?
 
«Si le bon moment se présente, j’implorerai : Profite pleinement ! Tu l’as mérité !…»
 
Johann Wolfgang Goethe a reconnu et décrit la nature contradictoire de l’âme humaine. Pour moi, l’accomplissement ne réside pas dans la relaxation passive, pas pour le moment. Je tire du plaisir dans la connaissance et perpétuelle croissance ; J’aimerai avoir plus de temps à y consacrer, et se serait bien d’âtre moins usé par le travail quotidien. Non, je n’ai pas encore prévu de me retirer du tumulte de la vie..
 
Comment te détends-tu?
 
Innsbruck se trouve au milieu des hautes montagnes – on peut atteindre le sommet en quelques heures. Ici, les problèmes quotidiens semblent si petits.
 
Quel est votre souhait pour l’avenir?
 
Une continuation du processus d’auto-réalisation que Ernst Bloch décrit si précisément dans Le Principe de l’espoir : «… c’est pourquoi nous devenons».
 
Les humains viennent de commencer ce processus de découverte de soi. Nous avons fait des progrès substantiels depuis nos premières tentatives d’utilisation du feu, non seulement en termes techniques, mais aussi culturellement. Nous avons réalisé que nous sommes une seule espèce – avec seulement de légères différences entre le cap de Bonne-Espérance et l’Alaska. Nous avons largement triomphé de la faim et de la maladie, et nous devrions considérer comme notre principale tâche de continuer à améliorer notre situation. Nous avons largement réussi à apporter la paix dans notre vie quotidienne – mais nous n’avons pas vaincu les guerres.
 
Cependant, une humanité qui a encore besoin de milliers d’années pour son processus cognitif dépend des accords de paix internationaux. La compréhension des préoccupations et des motivations de la population est la clé de cette situation. Nous devons détruire les armes nucléaires restantes ou les placer sous contrôle international. Les générations actuelles doivent mettre un terme à la dépendance vis-à-vis des énergies fossiles. Nous serons alors en mesure de faire avancer le processus cognitif, de prolonger notre vie en dignité, de multiplier nos possibilités de communication, d’exploiter le système solaire, et même de voyager vers des étoiles éloignées sera à portée de main pour les générations à venir.
 
Crédit photos : ©Peter Cook

Source : Traduction par Vincent Coliatti, ingénieur thermicien chez Terranergie 
 

 

Lisez la première partie de l’interview
“La première maison passive: Entretien avec le Dr. Wolfgang Feist (1/2)”.




Leave a Reply