La petite hydroélectricité, une énergie renouvelable prometteuse




Première source d’électricité renouvelable en France, l’hydroélectricité transforme la puissance générée par les cours d’eau en électricité. Anne Pénalba, présidente du syndicat France Hydro Electricité, nous apporte un éclairage sur les enjeux de la petite hydroélectricité aujourd’hui en France.

En quoi consiste la petite hydroélectricité ?

« Faire de l’électricité avec de l’eau »

L’hydroélectricité transforme l’énergie gravitaire des lacs, des cours d’eau et des marées en électricité. Aujourd’hui, l’hydroélectricité est la deuxième source de production électrique en France – derrière le nucléaire – et la première source d’électricité renouvelable.

La petite hydroélectricité : 1800 installations « au fil de l’eau »

La « petite hydroélectricité » compte 1800 centrales en France. A la différence des grands barrages qui exploitent l’énergie des fleuves en stockant l’eau, les petites installations hydroélectriques sont construites au fil de l’eau. Elles ne demandent donc ni retenue, ni vidanges ponctuelles susceptibles de perturber l’hydrologie, la biologie ou la qualité de l’eau, et leur capacité de production dépend directement du débit du cours d’eau.

La petite hydroélectricité valorise la richesse des territoires 

Une énergie verte « décentralisée », indispensable au mix énergétique de la France

En fonctionnant en moyenne 4 000 heures par an à plein régime, les petites centrales hydroélectriques produisent 7 milliards de kWh, soit l’équivalent de l’éclairage public nocturne de la France ! Une fois produite, l’énergie rejoint le réseau de distribution pour être ensuite consommée localement.  

Des installations respectueuses du patrimoine et de la biodiversité

Les petites installations hydroélectriques sont souvent l’héritage d’anciens moulins et de l’utilisation de la force motrice de l’eau, utilisée par l’homme depuis des siècles. Installée en grande partie dans des zones de montagnes et rurales, la petite hydroélectricité participe au maintien de l’activité dans les territoires.

Respectueuses de la biodiversité présente dans les rivières, les centrales hydroélectriques sont aménagées pour permettre aux espèces de circuler au fil de la rivière, d’amont vers l’aval et inversement, en toute sécurité, grâce aux passes à poissons par exemple. La petite hydroélectricité met un point d’honneur à assurer la continuité écologique de la rivière.

Des moyens supplémentaires pour développer la filière

Jeudi 27 avril, la ministre de l’Environnement a désigné les 19 lauréats d’un premier appel à projets, salués pour avoir su développer l’hydroélectricité tout en prenant en compte les enjeux environnementaux.Pour favoriser encore plus cette dynamique, Ségolène Royal a lancé un deuxième appel d’offres qui devrait permettre d’atteindre 105 MW grâce à de nouvelles petites centrales hydroélectriques.

Crédits : Bernard Pénalba

Article publié sur MEDDE
Consulter la source




Leave a Reply