ITER : le chantier poursuit son petit bonhomme de chemin




Le chantier de construction du futur réacteur thermonucléaire expérimental ITER (« le chemin », en latin) se poursuit. Des travaux d’envergure sont aujourd’hui en cours, comme la création des infrastructures de réseaux – électricité, télécommunication, voiries, etc. – de la future installation. Plusieurs kilomètres de galeries techniques enterrées doivent, entre autres, être réalisés. Un chemin semé d’embûches.

Si la maîtrise de la fusion thermonucléaire, pour produire de l’électricité dite « décarbonée », parait être, pour l’heure, une prouesse technoscientifique incertaine, le chantier de construction du réacteur expérimental ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) poursuit, quant à lui, son petit bonhomme de chemin. Depuis 2006, et jusqu’en 2025, ce ne sont pas moins de 500 entreprises et 2 150 personnes (dont 700 ouvriers) qui œuvrent à faire sortir de terre « la plus grande plateforme de recherche au monde sur les énergies alternatives à basse production de CO2 », selon Florence Dubertret, coordinatrice de la communication pour le maître d’ouvrage du projet, Fusion For Energy (F4E), et le maître d’oeuvre, SNC Engage.
Coût officiel actuel du projet ITER : 18 milliards d’euros (contre 6 milliards d’euros annoncés initialement).

Lire la suite sur LeMoniteur.fr

© Fusion For Energy – Bâtiment imposant de 120 m de long, 80 m de large et 80 m de haut (dont 20 m construits sous terre), le complexe Tokamak, qui s’élèvera au milieu du site ITER, à Cadarache (Bouches-du-Rhône), abritera le futur réacteur thermonucléaire expérimental.

Article publié sur Le Moniteur
Consulter la source




Leave a Reply