Formule E et ONU environnement : un partenariat pour améliorer la qualité de l’air des villes




Le partenariat entre l’ONU Environnement et la Formule E, première série de courses de monoplaces entièrement électrique au monde, vise à soutenir la transition vers des solutions énergétiques et des moyens de transport alternatifs propres pour réduire les émissions de carbones des véhicules et améliorer la qualité de l’air des centres-villes. L’ONU Environnement estime que le transport électrique est l’un des éléments essentiels pour parvenir à des villes plus durables et plus propres.

La pollution constitue un problème de santé public majeur puisque l’on estime que 6,5 millions de personnes meurent prématurément chaque année de causes liées à la pollution de l’air et 80 % des citadins respirent un air pollué. Aujourd’hui, le transport contribue à un quart de toutes les émissions de gaz à effet de serre liées à l’énergie.

Ainsi, ce partenariat mondial pluriannuel cherche à sensibiliser les jeunes générations et les fans de sports automobiles du monde entier aux bénéfices que présentent les véhicules électriques, informer les futurs consommateurs de véhicules électriques et inciter les grandes villes et les gouvernements à prendre des mesures pour lutter contre la pollution. Il s’appuiera sur la popularité du championnat de Formule E FIA mettant les sports automobiles électriques à l’honneur dans des villes comme Hong Kong, Marrakech, Buenos Aires, Paris, New York et Montréal. 

La course automobile a toujours été un laboratoire pour le développement de la technologie dans l’industrie automobile. La Formule E veut jouer un rôle et proposer des solutions afin que plus d’automobilistes fassent le choix d’acheter et de conduire des voitures électriques. Elle travaille en collaboration avec Enel, le partenaire officiel énergie du championnat Formule E FIA, afin d’assurer l’amélioration de l’infrastructure de ses technologies énergétiques. Enel élabore notamment un mini-réseau électrique entièrement numérique à l’aide de sa technologie de comptage intelligent garantissant la surveillance de la consommation électrique et donnant ainsi aux fans l’opportunité d’interagir avec un système d’énergie de pointe en temps réel. De plus, les 40 véhicules entièrement électriques de Formule E sont alimentés par des générateurs à zéro émission qui carburent à la glycérine, un sous-produit du procédé de production de bio-diesel, tellement propre que l’on peut le boire.

Le programme de mobilité électrique de l’ONU Environnement est opérationnel dans 50 pays en développement et en transition et vise à soutenir la volonté d’abandonner les moteurs à combustion interne et l’adoption de véhicules électriques. L’ONU Environnement est un des partenaires fondateurs de la campagne « Respire la vie », la campagne de l’ONU la plus importante jamais menée sur la qualité de l’air, visant à sensibiliser le public aux impacts internationaux et locaux des polluants atmosphériques et à informer sur la vaste gamme de solutions permettant aux villes et aux gouvernements d’améliorer la qualité de l’air.

Lire le communiqué de l’ONU Environnement du  23/05/2017 en entier

Crédits photo:  ONU Environnement ; (De gauche à droite) Jean Todt, Président de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), Erik Solheim, Directeur, ONU Environnement, Al Baker, et Alejandro Agag, Foundateur & PDG de la Formule E

Article publié sur Médiaterre Villes Durables
Consulter la source




Leave a Reply