Editorial de Laurent ROSSEZ “Choisir la co-création de valeur”




Quatre grandes transitions affectent notre filière. Les acteurs de la construction sont tous dans la position d’être le donneur d’ordre ou le client d’un tiers ;  et dans ce contexte nous avons aujourd’hui tous intérêt à concevoir la relation client-fournisseur sous un angle nouveau. Nous pouvons en effet questionner la création de valeur via de nouvelles formes de collaborations en amont de nos marchés et auprès de nos fournisseurs, partenaires ou prestataires. 

Je veux parler d’une posture moderne et éprouvée ailleurs, consistant en tant que donneurs d’ordre à considérer ses fournisseurs, quels qu’ils soient, comme les maillons essentiels de la création de valeur! Avant de revenir sur quelques exemples concrets de projets en Pays de la Loire qui ont émané grâce à cette nouvelle approche constructive, notamment de la part de Maîtres d’Ouvrages engagés, je souhaite évoquer des pratiques de ce genre dans d’autres domaines que le nôtre.

Cela est parfois surprenant, toujours très inspirant…

La relation fournisseurs devient la clé de voute de la compétitivité des entreprises. On remarque que cette tendance d’un “donneur d’ordre” travaillant chez et pour son fournisseur, s’inscrit souvent dans une exigence en matière de RSE et toujours dans  “une démarche qui dépasse la simple logique de coût” ! Il y a ce que l’on nomme le management fournisseur : le client offre au fournisseur de nouvelles méthodes et s’implique dans l’apprentissage de celle-ci.

Résultat : véritable levier de progrès, qualité en hausse et meilleure communication entre les deux parties!

Au sein des grands groupes, ces pratiques vertueuses deviennent des must.

  • SCHNEIDER ELECTRICS a par exemple inventé  “Life is ON” (la vie s’illumine) pour partager avec ses fournisseurs son ambition d’innover à tous les niveaux pour développer des technologies de gestion de l’énergie et des automatismes pour repenser les industries et transformer les villes.

    A cette occasion, le fabriquant de matériels électriques détaille ses attentes en termes d’innovation, de performance et de qualité de service à ses fournisseurs. Ceux-ci se positionnent alors en véritables partenaires stratégiques au service des clients et de la croissance de SCHNEIDER. Des trophées leur alors sont remis sur des critères d’excellence opérationnelle et de performance dans différentes catégories.

    Dans cet esprit l’ex. PdG Henri Lachmann a créé en 2010 la structure associative paritaire PACTE-PME pour compléter les initiatives publiques comme la médiation inter-entreprises et pour faciliter le rapprochement entre les grands groupes et les PME et stimuler toutes les formes de coopérations entre elles : achat, innovation ouverte, export, montée en compétences, etc…

    Ainsi PACTE-PME conseille Startups/PME/ETI grâce à des programmes de haut niveau, accélère les mises en relation entre clients et fournisseurs, évalue l’action des groupes pour identifier de nouvelles bonnes pratiques.

  • AIRBUS (dont le PdG Fabrice Brégier a succédé à la tête de Pacte PME) a quant à lui mis en place des évaluations inversées. Une fois par an, ce sont ses fournisseurs qui jugent les performances de la firme aéronautique en tant que donneur d’ordres. Cette approche a permis à Airbus d’identifier des attentes insuffisamment prises en compte par ses propres fournisseurs. Comme, par exemple, le souhait de ces PME d’être davantage accompagnées dans leur développement par leur principal client.
  • PSA mobilise lui ses cadres de haut niveau chez PSA qui ont pour mission d’accompagner les fournisseurs à fort potentiel du constructeur automobile pour qu’ils deviennent plus solides et plus innovants. Grâce à cette aide sans contrepartie financière directe, les fournisseurs deviennent, indépendamment de la qualité des process et des flux logistiques, force de proposition et apporteurs de solutions. L’action de PSA peut prendre des formes encore plus directement  stratégiques comme avec la mise en place du LEAN MANUFACTURING via ses propres consultants qui forment les cadres de ses propres fournisseurs à la méthode.
  • Le groupe CARREFOUR a lui mis en place en partenariat avec WWF et l’ADEME, un outil d’auto-diagnostic proposé à ses fournisseurs portant sur les 4 thèmes : management du développement durable, performance environnementale, sociale, économique. Le distributeur propose aussi un accompagnement des fournisseurs des produits de ses marques propres sur sa stratégie anti-gaspi.
  • Dans le même style, AUCHAN a mis en place la convention “Win Together” avec ses fournisseurs sur les thèmes de l’innovation : près de 100 fournisseurs qui ont la possibilité de rencontrer la direction sous la forme de “speed-meetings” afin de présenter leurs produits et leurs services innovants.

Les majors du BTP ne sont pas en reste sur ces sujets

  • Les filiales de VINCI utilisent désormais, le casque (à jugulaire) EVOLite®, à la fois plus sûr, léger et confortable. Le fabriquant JSP a et fabriqué son casque selon un cahier des charges issue d’une enquête auprès de près de 900 compagnons chez VINCI utilisateurs.
  • BOUYGUES réunit désormais chaque année près de 300 de ses principaux fournisseurs pour échanger sur les enjeux d’avenir et les perspectives de co-développements. Objectifs : mieux se connaître et concourir à une meilleure gestion des risques avec moins d’aspérités commerciales ou logistiques et donc, in fine, une meilleure compétitivité des offres du constructeur en termes en coût global.
  • Enfin, le grand BE d’ingénierie anglais OVE-ARUP offre chaque semaine une journée d’un de ses meilleurs ingénieurs pour travailler gratuitement chez l’agence d’Architecture FOSTER. Ce dernier fait le tour des projets majeurs et apportent des solutions aux problèmes qui se posent aux Architectes sur les nombreux concours. Au bilan OVE ARUP participe in fine à 70% des projets de l’agence FOSTER !

De nombreuses initiatives en Pays de la Loire

En Pays de Loire, la même dynamique est lancée. L’expérience NOVA’SMART lancée lors de la Rencontre Annuelle de NOVABUILD du 27 avril 2017, en est le reflet.

L’idée nous en a été donnée par notre expérience avec la CARENE (Saint-Nazaire) qui a sollicité NOVABUILD dans le cadre de sa réflexion sur la rénovation de son centre-ville. Cela a abouti à une pré-programmation partagée entre la CARENE à St Nazaire et le réseau des adhérents de NOVABUILD pour questionner un projet de bâtiment démonstrateur, le Guérandais. Les contributions positives et riches à ce stade ont clairement orienté ce vaste programme sur des bases à la fois réalistes et ambitieuses. Le premier projet qui en est issu est la manifestation de cette démarche de co-construction de valeur amont bénéfique à tous, à commencer par les futurs utilisateurs de cet habitat rénové.

NOVA’SMART, le 27 avril dernier, c’était des Maîtres d’Ouvrage publics, privés, mais aussi un aménageur ou une collectivité qui, avant de lancer leurs projets, ont été prêts à s’investir, auprès de ses concepteurs et ses constructeurs habituels, pour questionner leurs propres programmes et y injecter une innovation participative gagnant-gagnant issue d’un travail collectif amont et partagé. Nous allons désormais faire l’analyse des résultats des réflexions issus des 18 ateliers que nous avons organisé et nous proposerons aux adhérents de poursuivre cette dynamique enclenchée.

D’autres exemples fleurissent comme Bloc in Bloc avec DURET Immobilier. Ensemble ils progressent sur les questions numériques, de façon assez exemplaire.

Il y a aussi l’exemple de la démarche PCI portée en Région par le bureau d’études WIGWAM; il s’agit ici de travailler sur un projet avec tous les acteurs et le co-concevoir. Wigwam a été le précurseur de ces démarches participatives appliquées au bâtiment, et qui désormais essaiment largement.

Je terminerai ici en adressant mes félictations les plus chaleureuses à tous les acteurs du projet ILINK. Ils se sont vu remettre par la FPI des Pays de la Loire la Pyramide d’Argent 2017. Ce prix récompense une démarche audacieuse de prise en compte de la maîtrise d’usage avant même que l’ouvrage soit en service. Ce projet, je l’espère, ouvre la voie à beaucoup d’autres. Novabuild sera aux cotés de tous les acteurs qui innoveront dans ces démarches de co-création de valeur.

Laurent Rossez, Président de Novabuild

Mai 2017

Le présent éditorial a été prononcé par Laurent ROSSEZ sous forme de discours de clôture, devant les adhérents de NOVABUILD lors de la rencontre annuelle du 27 avril 2017

Article publié sur NOVABUILD
Consulter la source




Leave a Reply